Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Galerie Dohyang Lee

Share Share Share Share Share

Sainte Chapelle

Arts plastiques - Exposition
12 octobre • 30 novembre 2019

Cité, des îles, la plus grande de Paris, s’est en une année métamorphosée.
Un mégot mal éteint, et sa forêt millénaire s’embrase jusqu’au bout de la nuit.
Le TGI de Paris relégué à Porte de Clichy et c’est la plus ancienne instance judiciaire qui
disparaît : le Palais de la Cité, dont les cachots ont enclos Marie-Antoinette, Robespierre,
Ravachol et tous les autres prévenus ou condamnés anonymes de Paris.
Le Palais en porte les stigmates, tel un musée archéologique de l’infraction à la loi.
Les couloirs et bancs d’attente des diverses chambres sont marqués par ces passages,
comme autant de purgatoires saturés d’inscriptions, de dessins, de cryptes et de
signatures gravées, qui se lisent comme les derniers testaments avant sentence.

Jadis, il y avait ainsi une cohabitation insolite dans le Palais : la Sainte Chapelle et la
Prison, la couronne d’épines nimbant les cachots enfouis plusieurs mètres en dessous, et
le fragment de la « vraie croix » jouxtant la guillotine. Puis, plus tard, les files d’attente
des croyants et des touristes appareil photo au cou, faisant face à celle des prévenus,
convocation au bout des doigts.
Le pardon et le châtiment réunis dans un même Palais, dont les cloches annonçant
l’office ou la sentence pouvaient alors se confondre. Une proximité d’encapuchés,
moines ou détenus, comme celle des mots capuche et chapelle qui ont tous deux la même
racine : Cappa.

Le Crime et la Rédemption donc, et c’est le choix de la traduction allemande pour le livre
de Dostoïevski : Prestupleniye i nakazanye, lui qui, de Souvenirs de la maison des morts
aux Démons n’a cessé d’exprimer que le salut se trouvait au fond de la perdition.
Les débauchés nihilistes, les femmes fatales, les menteurs pathologiques, les alcooliques
invétérés, et leurs ruines soudaines, leur mariage annulé ou leur suicide, s’en retournent
tous, à chaque fois ou presque, vers le Christ.

Mais c’est un autre livre que l’incendie de Notre Dame de Paris a remis au goût du jour,
celui éponyme de Hugo, dans lequel il nous décrit la Cour des Miracles, cette cour où les
gueux, les mendiants et les voleurs se réfugiaient la nuit tombée. Le miracle tenant en ce
que les aveugles y retrouvaient la vue, et les boiteux l’usage de leurs jambes.
Et les siècles ont passé, et cette cour telle un Phoenix, a su renaître de ses cendres.

« LA SAPEL PORTE DE LANFER », un tag inscrit en jaune sous un échangeur de béton
hurlant en lisière de Capitale.
Porte de la Chapelle, une cour sans miracles, où les réfugiés et les toxicomanes errants
ont succédé aux malingreux et aux coquillards, tandis que les dealers de crack ont pris le
trône du Roi des Thunes. Porte de la Chapelle, ce seuil au delà duquel la ville lumière a
déporté ses rebuts d’obscurité. Et chaque soir, c’est une arche de la subhumanité qui
vogue, pour s’échouer le long d’une promesse : rue de l’Évangile, là où trône muet, la tête
inclinée et le regard figé, le dernier Calvaire des Portes de Paris.

Radouan Zeghidour est né à Paris en 1989, où il vit et travaille actuellement. Zeghidour est diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris, en 2016. Actif, cet artiste multiplie les expositions collectives comme la participation à la 68ème édition de Jeune Création en 2018, ou bien Nos ombres devant nous à la Fondation Ricard en 2017. Il multiplie aussi des expositions personnelles, comme Hypogea à la Catinca Tabacaru Gallery à New-York, en 2016, LXXV Chants de Sirènes, à la Yamamoto Keiko Rochaix Gallery à Londres, en 2019 et s’illustra au Salon de Montrouge dans la même année. Radouan Zeghidour a eu l’honneur d’être le lauréat de prix dont le Prix Thaddaeus Ropac en 2014 et le Prix Felicita de l’Ecole des Beaux Arts en 2017.

Complément d'informations : 
Radouan Zeghidour
Horaires : 
Mardi – Samedi 11h – 13h // 14h – 19h
Heures de vernissage : 
18h à 21h
Moyens d'accès : 
M4 Etienne Marcel M11 Rambuteau
Dernière mise à jour le 23 nov. 2019

Galerie Dohyang Lee

73-75 rue Quincampoix
75003 Paris 03
France
Téléphone : 01 42 77 05 97
Télécopie : 01 42 76 94 47
Dohyang Lee