Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Villa Arson

Share Share Share Share Share

Fiona TAN, Caroline BOUCHER, Julien BOUILLON, Sandra D. LECOQ

Arts plastiques - Exposition
26 octobre 2002 • 06 janvier 2003

La Villa Arson présente, du 26 octobre 2002 au 5 janvier 2003,une importante exposition de Fiona Tan, artiste néerlandaise,ainsi que trois expositions personnelles de jeunes artistes, Caroline Boucher, Julien Bouillon, Sandra D. Lecoq, tous trois anciens étudiants de l'Ecole Nationale Supérieure d'Art de la Villa Arson. Vernissage le 25 octobre 2002 à 18h.

Complément d'informations : 
FionaTAN Caroline BOUCHER Julien BOUILLON Sandra D. LECOQ Fiona Tan est née en 1966 à Pekandaru, Indonésie. Elle vit et travaille à Amsterdam. Chez Fiona Tan, l'histoire personnelle de l'artiste et celle, forcément plus collective, de l'époque, s'imbriquent profondément. Sans ostentation, Fiona Tan donne une forme plastique (films vidéo, installations), à ses complexités racinaires ; elle noue dans chaque oeuvre, de nouveau, à d'autres brins exogènes, les noeuds déjà nettement complexes de ses propres origines (née en Indonésie, père chinois, mère australienne ; a vécu en Allemagne ; vit aujourd'hui aux Pays-Bas). La volonté documentaire se tisse d'intrigante poésie, de choses lentes, de situations d'immobilité. Fiona Tan se dit sans se raconter ; par exemple lorsqu’elle écrit sur les carreaux des vitres le message illisible d'une possible déclaration de soi (Message, 1997). À la surface de ce qu'on en perçoit, il affleure singulièrement que le temps est ici une matière sensible, qui se raconte et se sculpte sur toutes les échelles (depuis l'intime jusqu'à l'historique). Souvent, des scènes d'archives viennent se mêler aux vidéos de l'artiste. Fiona Tan est fascinée par les images documentaires, par la puissance de manipulation du montage cinématographique, Elle dit : " J’aime l’idée que la vie soit une histoire que l’on raconte, je répète dans ma tête mes scènes favorites. " Cette exposition est co-produite par la Villa Arson, le Museum De Pont de Tilburg et le DAAD de Berlin. Un catalogue sera co-édité à cette occasion (textes de Beatrice von Bismark et Els Hoek). Caroline Boucher est née en 1972 à Saint-Denis. Elle vit et travaille à Castelnau-le-Lez. Les sculptures de Caroline Boucher n’ont jamais l’air d’être stricto sensu de la sculpture. On aurait souvent tendance à leur prêter une fonction. Dans certaines oeuvres, des chaussettes remplies de plâtre forment un socle, bien sûr, mais ne se contentent pas de supporter le poids du ‘sculpté’, non plus que de le surélever. Elles l’interprètent, lui conférant une expressivité toute anthropomorphique. Les sculptures de Caroline Boucher font à la fois corps et personnage. D’un côté, elles semblent souligner que le corps, ou quelque chose de corporel, vient juste de s’absenter, elles en signalent la présence en creux, la vacance, comme ferait une prothèse abandonnée. D’un autre côté, ce corps absent a laissé la trace d’une posture, d’un geste qui, figé dans sa théâtralité, impose l’oeuvre comme protagoniste de l’entame d’une narration. Julien Bouillon est né en 1971 à Forcalquier. Il vit et travaille à Nice. La corruption, la corruption! Voilà sans doute ce qui se laisse immédiatement repérer dans les installations de Julien Bouillon, avec à la clé l’émergence de quelques questions fondamentales : mais comment se fait-il donc que ces marchandises qui nous réjouissent tant finissent un jour ou l'autre par être périmées ? Je croyais pourtant qu'il était incassable... énonce le petit d'homme devant le cadavre du chiot de noël 1987... Near Death Experience, sitcom de la vanité, angoisse de sentir que le corps n'est qu'un piège qui se referme sur lui-même, tant et si bien qu'il plisse et se cloque (comme, en d'autres lieux, plisse la peinture, mais moins inexorablement, car elle s'arrête juste au bord, elle), sont autant de motifs pour Julien Bouillon. Mais, attention ! La mort n'est pas LE sujet. Ce qui intéresse ici, c'est ce qui se passe juste avant, quand le corps crie qu'on le laisse faire encore un peu, ce corps intubé, mis en machine (machiné, dira-t-on, comme mis en intrigue), mis en images ici et là, dispersé dans l’inventaire post-clinique de ses parties dolentes. Sandra D. Lecoq est née en 1972 à Penja, Cameroun. Elle vit et travaille à Nice. L’oeuvre de Sandra D. Lecoq s’effectue par juxtaposition d’effets minimaux, de formes et de geste fondamentaux mis bout à bout, d’accumulation de touches. Toutes ces opérations de peu, considérées séparément, n’auraient l’air de rien ; d’une occupation du temps, d’un déploiement compulsif dans l’espace clos de l’atelier (ou d’ailleurs). Mais elles constituent l’outil d’un projet pictural plus vaste (depuis les palettes ‘augmentées’ (Magagnes) jusqu’aux séquences vidéo du Délicieux cadavre exquis, avec Olivier Bartoletti). Les Cookies Carpet, les Penis Carpet (titres autant que programme figuratif, suggestion de lecture) sont composés de chiffons tachés (résidus de pratiques plus anciennes), de pièces de vêtements, nouées, tressées ensemble. Cette longue succession linéaire de touches de couleurs aléatoires est ensuite employée comme matériau et mis en forme ; la ligne devient surface, endigue le procédé qui la fonde, son indétermination abstraite liminaire, et fait image dans le tapis.
Horaires : 
14h - 19h
Dernière mise à jour le 10 juill. 2017

Centre national d'art contemporain - École nationale supérieure d'art

20 avenue Stephen Liégeard
06105 Nice
France
Téléphone : 04 92 07 73 73
Télécopie : 04 93 84 41 55
Directeur général : Sylvain Lizon
Téléphone : 04 92 07 73 95
Directeur du centre d'art : Eric Mangion
Téléphone : 04 92 07 73 80
Chargé de communication : Michel Maunier
Accès mobilité réduite