Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Œuvres récemment acquises

2018

Share Share Share Share Share

Acquisitions et commandes Arts plastiques 2018 - Session 2

Novembre 2018

Le collège « arts plastiques » de la commission d’acquisitions du Cnap s’est réuni les 29 et 30 novembre 2018. 55 œuvres ont reçu un avis favorable, pour un budget de près de 460 000 euros.  25 artistes ont ainsi fait l’objet d’une acquisition (12 femmes et 13 hommes). Parmi eux, les trois-quarts font pour la première fois leur entrée dans la collection du Cnap, témoignant de l’ambition prospective de ce fonds. 

La scène française émergente fait toujours l’objet d’une attention soutenue. Les installations de Mélanie Matranga et Anne Le Troter font éclore des fictions équivoques. Dans le domaine de peinture, le travail de Nicolas Roggy et celui de Hugo Pernet illustrent la vitalité du médium. On notera également l’acquisition d’une première sculpture de Daiga Grantina, qui assemble dans un bouquet ambigu les matériaux de l’anthropocène. L’œuvre de Dominique Ghesquière, qui vient compléter la représentation de cette artiste dans les collections, entretient elle, avec une grande économie de moyens, un rapport à la poétique du paysage. La pratique singulière d’Aurélie Salavert est mise en lumière par l’acquisition d’un premier ensemble de dessins.

Le domaine sonore, dans toutes ses expressions, s’est trouvé particulièrement renforcé par cette commission. On peut tout d’abord souligner l’acquisition de l’ensemble des éditions du label/éditeur Optical Sounds, fondé par Pierre Beloüin. Plus de 100 pièces (cd, vinyles, ouvrages, dvd, affiches, produits dérivés) viennent témoigner d’une certaine histoire de la musique, de la création sonore, et des artists-bands mais aussi du design graphique. L’installation de Hanne Lippard traduit sa volonté de faire du langage un matériau sculptural. L’acquisition de l’œuvre de Tom Johnson vient enrichir le corpus des œuvres/partitions qui jalonnent la collection du Cnap.

Deux sculptures majeures de Simone Fattal, les premières dans une collection publique française, ont été achetées par le Cnap. Dans ces pièces de céramiques, l’artiste née au Liban en 1942, qui vit entre son pays d’origine, la France et les Etats-Unis, fait se confondre le passé lointain et proche, l’histoire contemporaine du Proche-Orient et les récits mythiques. L’acquisition de Quatre plis à 90° de Medhi Moutashar permet également  à cet artiste d’origine irakienne, qui vit à Arles depuis le début des années 1970, de faire une première entrée dans les collections publiques françaises, avec une œuvre clef.

Une attention particulière a été dispensée à la scène iranienne, avec l’acquisition des œuvres d’un trio et de deux artistes originaires de ce pays. Ramin Haerizadeh, Rokni Haerizadeh, Hesam Rahmanian, portent un regard grinçant sur l’imagerie médiatique.  Néda Razavipour, figure importante pour l’histoire de la performance en Iran,  fait son entrée dans les collections avec une sculpture et une vidéo. Arash Hanei dresse avec son installation de photographies et dessins numériques un portrait souvenir de Téhéran.

Pour les acquisitions auprès d’artistes étrangers, citons également  l’ensemble d’œuvres de l’artiste allemande Judith Hopf, qui exprime ici en quelques images malicieuses notre relation aliénante aux machines numériques. On soulignera également l’achat de l’installation d’ Eva Kot́átková, artiste tchèque, qui traite de l’espace domestique comme espace de contrôle.

Dans le domaine de l’image en mouvement,  l’installation vidéo de Shana Moulton et les vidéos de Bertrand Dezoteux proposent une imagerie fantaisiste et synthétique, qui se nourrit de références vernaculaires. Ajoutons ici le dessin animé faussement naïf mais désespéré de Peter Wächtler. Les vidéos d’Ariane Loze et le film d’Albert Serra mettent en œuvre une énergie performative, l’une avec un dispositif Do-it-yourself, l’autre avec une saisissante écriture cinématographique.

Enfin, le Cnap a fait l’acquisition de huit protocoles qui permettront de réactiver l’ensemble des dîners imaginés par Daniel Spoerri depuis le début des années 1960. Cet achat vient enrichir avec une œuvre historique le corpus d’œuvres performatives de la collection du Cnap.

Dernière mise à jour le 12 sept. 2019

Art Therapy, Session 1, 2016

vidéo HD avec son, couleur
13'47''
1/5 + 2 AP

Achat à la galerie Michel Rein, Paris

L'ordre intérieur, 2015

vidéo HD avec son, couleur
11'05''
1/5 + 2 AP

Achat à la galerie Michel Rein, Paris

Profitability, 2017

vidéo HD avec son, couleur
14'53''
2/5 + 2 AP

Achat à la galerie Michel Rein, Paris

F-É-M-I-N-I-N, 2018

Papier japonais, téléphone portable, câbles électriques
247 x 90 x 60 cm

Achat à la galerie High Art, Paris

Sur Moi Sol Mur, 2018

Protocole : les murs de l'espace d'exposition sont enduits de sucre liquide
Dimensions variables
1/5 + 1  AP

Achat à la galerie High Art, Paris

Life as an INFJ, 2015

Vidéo HD, lampes, objets
Dimensions variables

Achat à la galerie Crèvecoeur, Paris

Quatre plis à 90°, 2012

Acier peint
340 x 156 x 98 cm

Achat à l'artiste

Olympia, 2017

Acrylique sur toile
140 x 190 cm

Achat à la galerie Super Dakota, Bruxelles (Belgique)

Self Portrait, 2017

Acrylique sur toile
61 x 50 cm

Achat à la galerie Super Dakota, Bruxelles (Belgique)

Smoke & Ashes, 2017

Acrylique sur toile
64 x 54 cm

Achat à la galerie Super Dakota, Bruxelles (Belgique)