Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Centre d'art Le Lait

Share Share Share Share Share

« Aux petites filles modèles »

"Là où je suis n'existe pas" Printemps de septembre décentralisé

Arts plastiques - Exposition
25 septembre • 18 décembre 2009
C’est à Verfeil, non loin de Castres, que sont enterrées les vraies petites- filles modèles de la Comtesse de Ségur, Camille et Madeleine de Malaret. En hommage à ces gentilles héroïnes et à leur malheureuse amie Sophie, victime d’une mère trop répressive, Le Printemps de Septembre invite quatre artistes femmes, quatre fées intrépides notamment adeptes du dessin, à s’emparer du Centre d’art Le LAIT. Dans une exposition à huit mains, en forme de cadavre exquis, elles sont conviées à grimper sur les murs, à dessiner du sol au plafond, à y inscrire leurs bonnes et mauvaises manières, à croiser leurs imaginaires, l’ensemble formant un nouveau conte, forcément cruel. Imprévisible, ingouvernable, cette exposition murale rappellera au passage combien la situation des femmes s’est déplacée d’un siècle à l’autre : entre l’éducation serrée du XIXe siècle et ces quatre artistes tout aussi exemplaires de l’actuelle condition féminine, il semble que la « libération » ne soit pas un vain mot, ni une abstraction. Oscillant entre naïveté et crudité, clichés et fantasmes, enfantillages et enfantements, cette exposition désinhibée tend à repousser un peu plus encore le curseur de la norme. Pratique projectile mais trop souvent sous-estimée, rétive à l’immédiat spectaculaire, mais incroyablement cérébrale, électro-encéphalogramme agité des mondes intérieurs, le dessin est un des invités d’honneur du Printemps de Septembre cette année. L’exposition « Aux petites filles modèles » entre ainsi en résonance avec d’autres lieux du festival : qu’on songe à l’exposition « Memory Time » de Chourouk Hriech et Abdelkader Benchamma à Coulommiers, mais aussi à « Cadavres exquis » à la Fondation Ecureuil, où les dessins de Jean-Luc Verna circuleront parmi ceux d’autres artistes. Une autre déambulation murale, une autre partie de dessins en l’air où l’on retrouvera nos quatre drôles de dames. Christian Bernard Commissaire de l’exposition
Complément d'informations : 
L Projet Le point de départ, c’est une invitation de Christian Bernard* faite à quatre artistes dont il suit le travail depuis longtemps. Quatre jeunes femmes, quatre personnalités, quatre univers différents, quatre pratiques atypiques pour un seul et même projet : réaliser une œuvre à huit mains pendant 10 jours de création commune. Le titre de l’exposition « Aux petites filles modèles » est un clin d’œil fait par Christian Bernard à Camille et Madeleine de Malaret dont les tombes se trouvent dans le cimetière de Saint Sernin des Rais, à Verfeil, entre Toulouse et Lavaur ; un joli prétexte pour orchestrer une rencontre artistique prometteuse. Le défi est grand, le projet ambitieux, le temps est court. Sylvie Auvray, Cathryn Boch, Béatrice Cussol et Fleur Noguera sont venues avec leurs outils, leurs matériaux (aquarelle, stylo, fusain, pour les unes, acrylique, feutres, crayons.... pour les autres), leurs notes et leurs images aussi. La découverte des lieux par les artistes est féconde. Assez vite, les choses s’organisent, les espaces se prennent, le travail débute, dans un respect de l’autre omniprésent. Le support du mur ne leur est pas inconnu. Chacune en ont déjà expérimenté à plusieurs reprises la planéité et la verticalité. Ici néanmoins, dans le cadre de cette rencontre, il ouvre une nouvelle intimité, donne aux artistes la liberté de dessiner et de désirer des images laissées parfois de côté, non abouties, ou tout simplement au stade de projet. Les formes et les images apparaissent donc au fur et à mesure que le travail avance, et s’imposent d’elles-mêmes librement. Le résultat est saisissant, détonnant. Pendant 10 jours, Sylvie Auvray, Cathryn Boch, Béatrice Cussol et Fleur Noguera ont fait connaissance, partagé des espaces de vie et de travail, échangé des pratiques et des idées, confronté leur travail et appris des unes des autres. Une œuvre unique et éphémère est née de cette rencontre complice. Une œuvre polymorphe et polysémique d’une extrême vitalité envahit les murs, mais aussi le sol, le plafond. Les espaces sont peuplés de personnages hybrides, en mutation, d’objets insolites, de paysages imaginaires. Les univers se juxtaposent, se superposent parfois, se pénètrent aussi, s’opposent quelques fois. L’énergie donnée, la tension et la violence créatrices sont palpables. Les rythmes et les temporalités propres à chacune sont perceptibles. Les dessins s’enchaînent séquencées par des moments de respirations nécessaires. Le langage plastique de chacune est respecté dans une liberté d’expression totale. Pour le visiteur questionné en permanence, c’est une invitation à s’inventer des mondes et des histoires multiples. Il entre dans une mine d’or, une caverne d’Ali baba, il a le sentiment qu’une énorme corne d’abondance s’est déversée dans les pièces de l’Hôtel. La perception du lieu en est troublée. Le bel appartement bourgeois qui héberge le centre d’art est complètement métamorphosé, méconnaissable. Il sert désormais d’écrin à une multitude de récits potentiels imaginaires. La pertinence de ce projet reposait en grande partie sur des principes d’incertitudes liés principalement à une rencontre humaine et artistique qui devait ou non opérer. Ces éléments une fois posés, il restait aux artistes à jouer avec l’indéfini, l’imprévisible, le hasard, l’indétermination, l’expérimentation, la force et la fragilité de chacune. C’est chose faite.
Horaires : 
Mercredi au dimanche de 14h à 19h. Fermés les jours fériés > Entrée gratuite + « Nuit d’un jour » du 25 septembre au 18 octobre >Après le 18 octobre Entrée 2 € Billets groupés 3 € Albi +Castres Gratuit pour les demandeurs d'emplois, les moins de 18 ans et les étudiants.
Partenaires : 
La DRAC / Ministère de la Culture et de la Communication, le Conseil général du Tarn, la Région Midi-Pyrénées, la Ville de Castres et la Ville d’Albi. Le printemps de Setembre
Dernière mise à jour le 22 sept. 2011

Centre d'Art le LAIT

28 rue Rochegude
81000 Albi
France
Téléphone : 09 63 03 98 84
Directeur : Antoine Marchand
Chargée de communication : Murielle Edet
Administratrice : Claire Bachellerie
Responsable du service des publics : Hélène Lapeyrère
Régisseur : Guillaume Rozan
Accès mobilité réduite